Les ressortissants belges et français peuvent-ils demander un ESTA ?

Depuis la mise en vigueur de la nouvelle autorisation de voyage connue sous le sigle ESTA (Electronic System for Travel Authorization), les citoyens des pays appartenant au Visa Waiver Program (VWP) sont tenus de se conformer à cette formalité pour entrer aux États-Unis d’Amérique. Les critères d’obtention de cette autorisation sont identiques pour tous les citoyens de ces pays.

La France et la Belgique sont-elles membres du VWP ?

L’administration américaine a instauré le Visa Waiver Program dans le but de renforcer la sécurité intérieure du pays et d’éviter à nouveau tout attentat terroriste comme ceux du 11 septembre 2001. L’objectif de ce dispositif est de connaître précisémment le profil de tous les candidats à l’entrée sur le territoire américain, via un formulaire en ligne. Outre les raisons sécuritaires, l’État américain a mis en place ce dispositif pour simplifier les formalités de demande d’autorisation de voyage. L’exemption de visa permet ainsi  de désengorger les ambassades et consulat puisque les demandes d’ESTA ne se font qu’en ligne.

Le Visa Waiver Program permet à certains ressortissants étrangers d’aller aux USA pour un voyage touristique ou d’affaires de 90 jours maximum sans faire de demande de visa. Ce programme s’applique spécifiquement aux citoyens de 38 nationalités.

Voici la liste exacte des pays membres de ce dispositif : Andorre, Australie, Autriche, Belgique, Brunei, Chili, République-Tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Monaco, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Portugal, Malte, Saint-Marin, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Corée du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Taïwan, Royaume-Uni.

Les ressortissants français et belges peuvent donc bénéficier de l’ESTA, mais attention, la nationalité n’est pas la seule condition d’admissibilité à l’autorisation ESTA. Par mesure de sécurité, les autorités américaines imposent d’autres critères pour voyager sans visa USA.

Ainsi, avant de faire la demande en ligne, il faut impérativement s’assurer d’avoir un passeport biométrique ou électronique. De plus, ce dernier doit être en cours de validité au moment du départ pour le pays de l’Oncle Sam.

Par ailleurs, sachez que l’autorisation de séjour temporaire ne concerne que les entrées aux USA par voie aérienne ou maritime.

Comment solliciter un ESTA ?

Tout d’abord, il faut préciser que quel soit la nationalité du voyageur, le formulaire ESTA sera strictement le même et exigera de fournir les mêmes informations. Pour se procurer ce questionnaire en ligne, il y a deux possibilités :

  • faire la demande sur le site officiel du gouvernement américain ;
  • lancer une requête sur un site privé spécialisé dans l’ESTA.

Lors du remplissage du formulaire, munissez-vous de votre passeport électronique ou biométrique. Vous en aurez besoin pour communiquer certains éléments tels que la date d’expiration, le pays de délivrance ou encore le numéro de passeport. En plus de renseigner votre état-civil, diverses questions vous seront posées. Ces dernières portent sur vos précédents lieux de voyages ou encore sur votre conduite morale.

Vos réponses seront ensuite analysées via le système informatique de l’US Customs and Border Protection. Il est conseillé de répondre le plus honnêtement possible à ces questions. Si un mensonge apparaît, les ordinateurs de l’agence américaine de l’immigration risquent de le repérer immédiatement. En effet, ils synchronisent les informations avec une base de données électronique très enrichie.

Quel que soit le mode d’obtention de l’autorisation électronique, la demande ESTA est systématiquement payante. Le prix de base de ce document de voyage aux États-Unis est de 12 € environ, en raison des frais de dossier. Si la demande est faite via une plateforme privée, il faudra compter quelques dizaines d’euros en plus, au titre de l’assistance individuelle.

Autorisation ESTA refusée : que faire ?

Si le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis considère que vous ne respectez pas les conditions d’admissibilité, votre demande d’autorisation sera rejetée. Cette décision ne signifie pas nécessairement que vous ne pouvez pas partir aux USA. Néanmoins, vous ne pourrez pas bénéficier de l’exemption de visa américain. Pour que votre projet ne tombe pas à l’eau, il faudra vous rendre à l’ambassade des États-Unis afin de faire une demande de visa USA. Notez que cette requête impliquera des formalités plus longues et coûteuses.